La méditation

 

Nos sens, du matin au soir, sont constamment tournés vers l'extérieur, alors que notre mental se situe dans le passé (souvenirs) ou dans le futur (projets).

Vivre le moment "ici et maintenant" est tout un art que se propose de nous faire découvrir la méditation.

 

Ce n'est pas à proprement parler une activité, mais plutôt un "état d'être".

C'est un moment privilégié pour mieux percevoir, sentir la vie qui coule en soi et qui nous entoure.

En revanche, pour faciliter l'entrée dans cet état de paix intérieure, de quiétude, il existe de nombreuses méthodes qui, suivies avec patience perséverance et grace à une progression équilibrée, donnent des resultats remarquables.

 

 

 

«La méditation n’est pas une évasion:

c’est une rencontre sereine

avec la réalité. »

 

Thich Nhat Hanh


La posture de méditation en 7 points*:

 

1)    Les jambes :

 

La meilleure position pour méditer est celle du lotus, dans laquelle vous êtes assis les jambes croisées, avec chaque pied placé plante du pied vers le haut sur la cuisse de la jambe opposée. Cette position est difficile pour beaucoup de personnes, mais la pratique du yoga ou d’exercices d’étirement peut assouplir suffisamment les jambes pour vous permettre de vous asseoir ainsi pendant un petit moment et une pratique continue vous permettra de maintenir cette position pour des périodes de plus en plus longues. La posture du lotus procure le meilleur soutien au corps, mais elle n’est pas essentielle, donc ne vous en faites pas si vous n’y arrivez pas.

Une autre possibilité est la posture du demi-lotus, dans laquelle un pied se trouve au sol sous la jambe opposée et l’autre pied par-dessus, sur la cuisse opposée. Vous pouvez aussi vous asseoir simplement les jambes croisées, avec les deux pieds en contact avec le sol.

Un tapis et un coussin ou deux qui surélèvent les fesses vous aideront à garder le dos droit et à rester assis confortablement plus longtemps sans avoir des fourmis dans les jambes et les pieds.

Si vous n’êtes pas à même d’adopter une des positions décrites ci-dessus, vous pouvez méditer assis sur une chaise ou sur un banc bas incliné. L’important, c’est de trouver une posture adéquate dans laquelle vous pouvez vous sentir à l’aise.

 

2)    Les bras :

 

La main droite est posée dans la main gauche, les paumes tournées vers le haut, les bouts des deux pouces tout justes relevés, se touchant légèrement. Les mains sont placées environ quatre largeurs de doigt au-dessous du nombril. Cela nous aide à développer une bonne concentration. La main droite symbolise la méthode et la gauche la sagesse – les deux ensembles symbolisent l’union de la méthode et de la sagesse. Les deux pouces situés au niveau du nombril symbolisent le flamboiement du feu intérieur. Les épaules et les bras doivent être détendus, les bras ne doivent pas être serrés contre le corps, mais légèrement écartés de quelques centimètres pour laisser l’air circuler ; ce qui permet d’éviter la somnolence.

 

3)    Le dos :

 

Le dos est droit, sans être tendu. Cela nous aide à développer et à maintenir un esprit clair, permet aux énergies subtiles de circuler librement et contribue largement à la clarté et à la vigilance de votre esprit pendant la méditation. Pour pouvoir garder le dos bien droit, la position des jambes a une grande influence; de même que la hauteur du coussin par rapport à celle des genoux. A vous de faire votre expérience pour déterminer ce qui vous convient le mieux.

 

4)    Les yeux :

 

Les méditants débutants trouvent souvent qu’il est plus facile de se concentrer en gardant les yeux fermés, ce qui est tout à fait acceptable. Quand vous aurez acquis un peu d’expérience, il est recommandé de garder les yeux légèrement ouverts pour laisser entrer un peu de lumière, en dirigeant le regard vers le bas, sans le focaliser sur quoi que ce soit de particulier.

Fermer les yeux complètement, peut favoriser la somnolence, le sommeil ou la rêverie, toutes choses qui sont un obstacle à la méditation.

 

5)    Les joues et la bouche:

 

Les joues doivent être détendues et les dents à peine séparées, non pas serrées. La bouche doit également être relâchée, les lèvres se touchant légèrement.

 

6)    La langue:

 

La langue repose légèrement contre le palais supérieur, le bout de la langue posé juste derrière les dents, ce qui permet de réduire la production de salive et par conséquent, le besoin de déglutir ; ce sont là deux choses qui peuvent constituer des distractions gênantes, surtout quand la concentration s’approfondit.

 

7)    La tête:

 

La tête sera à peine penchée vers l’avant, afin que le regard se dirige naturellement vers le sol en face de vous. Si vous relevez trop le menton, votre esprit sera peut-être sujet au vagabondage et à l’agitation et si la tête tombe trop loin vers l’avant, cela peut-être cause d’engourdissement et de somnolence.

 

 

 

 

« Demeurons simplement


dans la fraîcheur inaltérée


de l'instant présent,


dans la limpidité


de la pure conscience éveillée. »

 


Matthieu Ricard

 

 


 

* Texte composé à partir d’éléments issus de ‘’Comment Méditer’’ de Kathleen Mc Donald aux éditions Vajra Yogini.